Brétillien, brétilienne, sniff...

Publié le par Georgette Louvel Gouret

Brétillien, brétilienne, nous sommes, depuis juin 2013, sniff ! :

Jusqu'en 2013, il n’y a pas de terme admis : Illéens-et-Vilainois… Un habitant du département d’Ille-et-Vilaine qui couvre une grande partie de l'ancienne Haute-Bretagne, le plus souvent par exemple Rennais dans le pays de Rennes ou Malouin dans le pays de Saint Malo, peut avant tout se considérer pour les uns comme un Haut-Breton ou pour les autres comme un Breton.

Hé oui, depuis quelques temps un nouveau mot orne nos pages de journaux : brétillien,

Certes à la première lecture de mot, j'ai pensé mais qu'est ce que c'est ? pas beau, moyen,

Quelle ne fut pas ma surprise, ébahie, il détermine les habitants de mon beau département,

Ceux qui l'ont choisi ont oublié le poids, tout a du être fait en deux temps, trois mouvement.

Un site magnifique qui est orné de côtes, touristiques avec des histoires riches, multiculturelles,

Un passé gallo, des lieux tous plus florissants les uns les autres d' architectures, un sublime panel,

Breizhillien certes aurait été approprié rattachant le département à notre Bretagne, il aurait son âme,

Breizhillois, toujours cette identité mais je crains l’orthographe mais j'avoue c'est mieux, pas mal.

Brétilllien, cela fait anglais, laissons leur ces consonances british, je sais nos sangs semblables,

Haut-Breton, rire, pas si grand que cela le breton, haut par son savoir sa force, plus normal,

Illéen et Vilainois, déjà nous avons la Vilaine cela n'interpelle pas les touristiques, pas banal,

Mes fils sont nés en Côte du Nord, j'en ai encore froid dans le dos, mais la réflexion a été fatale.

Le nom a disparu, donc là c'est une bataille, la guerre n'est pas perdue, il faut revoir ce mot,

Pour cela l'union fait la force, des hautes autorités ont été saisies, un membre d’académie, c'est top,

Il y a déjà une belle mobilisation et il faut poursuivre, boycotter ce mot, ne pas l'utiliser,

Ainsi il tombera en désuétude et un jour s'effacera des dictionnaires, que fait Bernard Pivot ?

A t-il eu vent de cela ? Foutaise, cela s'est fait avec un groupe réduit en peau de chagrin,

Des élitistes sans doute ce qu'a cru le Grand qui les a nommé dans ce groupe de travail,

Comme a l'assemblée nationale passant plus de temps à ripailler qu'à sortir le mot malin,

Qui aurait rendu valeur à nous habitants d'Ille et Vilaine, mais là c'est la vraie pagaille.

Nous découvrons que cela ne rime à rien, faire et refaire c'est travailler disait ma mère,

Cela dans la fonction publique on sait faire, alors zen, on réfléchi, on médite de nouveau,

Avec le printemps c'est le renouveau, la Vilaine devient belle ornée sur ses bords de primevères,

Les volatiles s'y déposent, les piétonniers s'y baladent tout au long avec leur manteau.

Tous oublient, ils sont des brétilliens, moi je reste locale, châtillonnaise avec mes origines izéenne,

Fière de cela, je ne m'entiche pas de mon département,d'ailleurs il a même viré sur nos plaques,

Minéralogiques, adoptons la façon des canards laissons couler sur nos plumes, optons rebelle !

Oublions le, censurons-le, et là l'idée de l'abandon fera son interpellation aux grandes âmes.

Un nouveau mot pour nous nommer sortira du chapeau, comme par magie, après réflexion,

Ille et Vilaine deviendra peut être Ille et Mer, ou Ille et Terre, toujours partagé en terre et mer,

Voguent encore nos esprits délirants devant cette aberration, pour un mot unissons notre passion,

D'avoir un joli nom, restons fièrs d'être breton même si notre département de son nom est terne.

07/03/14 G. Gouret-Louvel qui regrette de n'être pas breizhillienne, cela serait plus logique, facile. Impossible avec Ille et Vilaine de fabriquer un beau mot, même Perrec avec sa fabrique de mots n'y serait pas parvenu, donc fière aussi d'être bretonne, cela rattache le département !

Nous avons le droit ne pas être fier non plus, et au vu du coup qui risque de doubler par faute de réflexion judicieuse !
Nous avons le droit ne pas être fier non plus, et au vu du coup qui risque de doubler par faute de réflexion judicieuse !

Nous avons le droit ne pas être fier non plus, et au vu du coup qui risque de doubler par faute de réflexion judicieuse !

Publié dans Bretagne

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Gouret Louvel 08/03/2014 11:27

Vous avez certes raison à chacun ses tâches il y a des académiciens qui gèrent les mots ! Les politiques ont bien assez de leur fonction dans notre France en péril croissant !

MARTIN 08/03/2014 11:05

Et moi chère Madame,même si j'apprécie vos poétiques observations,en dehors du fait que l'existence du département ne se justifie pas et donc qu'un "gentilé" est superflu,je récuse la négation de la Vilaine....voire sa disparition.Originaire des Marches de Bretagne de Bretagne et fils de métayer,je suis attaché à ma ruralité.Ce n'est pas parce que la misérable condition des "vilains" a contribué à la connotation négative du mot qu'il faut pour autant le rejeter...et nombre de fabliaux du Moyen-Age rappellent le véritable sens du mot.Pour n'en citer qu'un,Le Vilain mire ...ne signifie pas le"mauvais" médecin mais "le paysan médecin"....Donc ni Bretillien,ni Breizhillien,ni Breizhillois....mais habitant d'Ille et Vilaine tant que la structure administrative départementale existera.Merci néanmoins de votre remarquable contribution à la dénonciation des pratiques antidémocratiques de nos élus qui feraient mieux de concentrer leur énergie à la lutte pour l'emploi...des jeunes et des anciens du département
Daniel MARTIN